Taroudant et Tiout, la découverte d’un Maroc sans les touristes!

Et voilà, il est maintenant temps de terminer le récit de notre découverte d’Agadir et ses environs en partant sur les chemins d’un Maroc complètement différent de ce que l’on a vu précédemment … Le Maroc sans les touristes! Une nouvelle aventure plongée dans cette couleur ocre, la couleur d’un mur, d’une muraille ou d’un rempart…L’ocre, c’est la couleur éternelle du Maroc, celle des régions désertiques du sud de ce pays. C’est ainsi qu’ au sud de Marrakech, en s’enfonçant dans le Haut Atlas, un autre Maroc se révèle. Oasis et plaine déserte, routes à lacets et petits hôtels de charme, qui, chacun, racontent une histoire.

A une bonne heure d’Agadir en voiture (80 km) se trouve Le col de Tizi-N-Test, à 2 100 mètres d’altitude, qui n’est autre que la porte d’entrée de la province de Taroudant. La route empruntée pour s’y rendre est plutôt facile et surtout désertique! Nous avons la chance de pouvoir nous arrêter et nous émerveiller quelques minutes devant un « troupeau » de dromadaires en liberté dans un champ sur le bord de la route! Un moment assez unique comme on peut en voir au Maroc, au milieu de ces animaux qui nous sont plutôt étrangers en Europe!

DSC_0210

Surnommée « la petite Marrakech », Taroudant est riche d’une histoire deux fois millénaire. Plus ancienne de mille ans par rapport à la Ville rouge, elle est aussi ceinte de murailles davantage spectaculaires, visibles et complètes. Ces remparts figurent parmi les plus beaux d’Afrique du Nord. Faites de terre, de chaux, de graviers et de briques rouge, les magnifiques murailles qui entourent Taroudant constituent une attraction unique. Elles sont complètes, mais en permanence en reconstruction, à un endroit ou à un autre, dès lors qu’elles se dégradent sous l’effet conjugué du soleil, de la pollution et de la pluie.

 

Nous avons pu nous immerger dans la vie locale en faisant tout d’abord de souk de Taroudant, qui est ici aussi, extrêmement grand et délimité par secteurs. Ce centre ville ressemble beaucoup plus à l’idée du Maroc que je m’en faisais. Les ânes tirent les charrettes, les habitants s’affairent à leur quotidien et le soleil chaud Marocain se reflète sur les murs dorés de la ville. Nous sommes passés dans le centre ville en voiture pour rejoindre les murailles et avons été charmés par le dédale de ces petites rues, les portes magistrales, des petites fontaines en mosaïque… Si nous avions eu plus de temps on aurait profité de ces rues piétonnes à n’en pas douter. Mais nous n’avons pas le temps et filons donc sous les remparts à l’une des portes d’entrée! En très bon état il est possible d’y monter et de s’offrir de jolies vues sur la ville. A peine avons nous le temps de profiter de cette forteresse que nous repartons déjà, pour une nouvelle découverte tout aussi fantastique!

En route vers l’Anti-Atlas, à 30 km au sud-est de Taroudant, nous avons fait un crochet vers l’oasis de Tiout. En plein désert, c’est une mer de verdure plantée de plus de 20 000 palmiers dattiers qui s’étendent à perte de vue sur 1’000 hectares, dominée par une casbah majestueuse de l’époque saadienne. Dans la palmeraie, un double bassin d’irrigation, qui sert aussi de piscine en été, est alimenté par une source. la Palmeraie de Tiout (parfois écrite Tioute) a des allures d’oasis. Elle le doit à la source miraculeuse qui sourd du djebel. Canalisée avec soin, elle a favorisé l’apparition d’une immensité de verdure, alors que les hauteurs sont arides. Les habitants des sept villages qui constituent la Palmeraie de Tiout y cultivent principalement des céréales (blé, orge, maïs). L’oasis comprend 16 moulins à eau, mais malheureusement un seul demeure en activité. Chez Hassan Adnane, on déjeune très bien pour trois fois rien. Hassan fait aussi office de guide et d’épicier. Il explique qu’ici un paysan vit bien avec 5 hectares. « Au-delà, ce sont les capitalistes ». Suivent des paysages de plateaux, vides de toute vie, qui semblent ne jamais finir. Pour la petite anecdote sachez que la particularité de ce village est qu’il a été rendu célèbre par un film. C’est ici que furent tournées des scènes du film « Ali Baba et les 40 voleurs », incarné par Fernandel.

L’attraction de la Palemeraie ?

Une promenade à dos d’âne et de mulet très prisée des touristes. Il suffit de solliciter les habitants du village de Tiout qui borde la Palmeraie. Vous verrez rapidement l’un ou l’autre de ses habitants vous proposer une balade rituelle, prisée aussi bien des enfants que des adultes. Discutez le prix au préalable.

C’est ici que nous nous sommes le plus rapprochés de la population berbère et de ce qui se fait de plus traditionnel… le couscous tajine dans un lieu remarquable et extrêmement typique reste un souvenir impérissable, tout comme ce moment hors du temps au bord de l’oasis quand nous avons pris le thé assis sur des tapis au son des chants traditionnels à danser tous ensemble!

C’est ici dans les terres que nous avons adoré le Maroc dans ce qu’il a de plus vrai et authentique!

DSC_0213DSC_0216

Taroudant

DSC_0268

DSC_0271DSC_0282DSC_0286DSC_0297DSC_0299coussinsbabouches
DSC_0362DSC_0395DSC_0391DSC_0404

 

DSC_0409 (1)DSC_0406DSC_0416DSC_0421DSC_0440

DSC_0436

DSC_0449DSC_0442DSC_0450 (2)DSC_0642

Tiout

DSC_0651DSC_0657

DSC_0726

DSC_0769DSC_0746

DSC_0781

DSC_0810

DSC_0802

DSC_0814 (1)

DSC_0811

DSC_0878 (1)

DSC_0893

DSC_0895 (1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s