Ces filles qui osent, vivre de sa passion, la vidéo avec Nacmedia

Je vous présente des femmes qui ont décidé de sauter le pas. Elles ont tout simplement décidé de créer la société à laquelle elles ont toujours rêvé. Le mode de vie qui leur correspond, l’aventure de leur vie, malgré les difficultés, la concurrence et sûrement les avis négatifs.

Ce sont de belles sources d’inspirations, jamais en manque d’idée, toujours prêtes à innover elles vous racontent leur déclic,leurs déboires et leur histoire.

19179443_10212880817193186_1654651576_o

Ma rencontre avec Clémentine, ça relève un petit peu de la bouteille jetée à la mer, et elle l’a ouverte! Dans le cadre d’un projet j’ai envoyé un seul mail à la personne derrière ce nom « nacmedia » trouvée sur internet. Parce que la vidéo, ça ne s’improvise carrément pas, j’ai demandé des conseils! Et puis tout est allé très vite, de « je n’ai jamais fait de vidéo » à trois projets en deux mois! Dans n’importe quelles conditions (tourner/monter/publier en une journée), elle aime relever les défis. Toujours souriante et pleine de vie, elle dirige, elle vous met à l’aise et « fait le travail » comme on dit! La camera devient le prolongement de son bras, et elle aime vraiment ça! Elle s’est lancée dans l’aventure très jeune, à l’age ou beaucoup hésite, elle n’a pas tergiversé!

Peux tu nous dire qui es tu aujourd’hui ( ce que tu fais, ou et comment tu vis)?

Je suis vidéaste freelance sur la côte basque. J’ai la chance d’avoir transformé ma passion en un travail pour faire ce j’aime toute l’année. Les projets ne cessent de s’accumuler et mes idées personnelles côtoient mon agenda déjà bien rempli. L’année 2016 était riche en rebondissement, 2017 confirme mon statut de vidéaste à mon compte. Aujourd’hui, je suis épanouie.

Backstage-00013

Le sentiment qui t’animait quant tu as décidé de te lancer?

J’avais soif d’indépendance. Je voulais tout savoir faire, c’est ce que mes études de cinéma m’ont permise. 

J’ai eût très peur, ça n’est pas facile de se lancer toute seule du haut de ses 22 ans sans expérience commerciale. J’avais la fibre artistique indéniablement. Il me manquait les ficelles pour me construire un réseau et faire venir les clients.

Le déclic, à quel moment l’action remplace la peur?

Le jour où j’ai tourné, pour déconner, une vraie pub pour des bijoux qui a été diffusé pendant un mois dans le cinéma de ma ville. J’avais tellement aimé le tournage de ce clip.
Le jour où le premier client se présente aussi, c’est de l’action. Ou quand tu reçois ton premier chèque. Ou quand tu ouvres ton premier compte pro, il y en a tellement.

Mais le VRAI déclic s’est fait en mars de cette année: j’ai compris que je gagnerais enfin ma vie avec ma micro-entreprise.

Que signifie pour toi le mot oser?

Avoir confiance en soit et se moquer de l’avis des gens. Plein de gens ne t’aime pas alors pourquoi le faire à leur place? Si tu veux oser, apprends à t’aimer. C’est en travaillant là dessus que j’avance. Il y a toujours des hauts et des bas, certains matins je me demande encore pourquoi je me suis lancée toute seule, pourquoi je n’ai pas choisis un CDI…

Je ne regrette pas d’avoir osé.

Ta philosophie au quotidien face aux nombreux obstacles?

Ne pas avoir de regrets car la jalousie, c’est moche vu de près.

Tes conseils pour toutes ces personnes qui ont envie mais qui n’osent pas?

Sortez vous les doigts du c**!

Si vous ne le faites pas vous mêmes, on ne le fera pas à votre place.

Es tu prête pour de nouveaux défis?

Toujours prête! C’est aussi un de mes secrets: me remettre toujours en question. Que ce soit artistiquement, techniquement, humainement…

Des regrets, des choses que tu ferais différemment, ou que tu ne ferais pas?

Je me suis lancée un peu n’importe comment. J’avais mon nom mais pas de logo. J’ai démarré dans une toute petite ville sans avenir pour le domaine de la vidéo, j’aurais du partir plutôt et m’implanter sur la côte depuis 2 ans. Ca n’était peut être pas mon tour. Aujourd’hui, si.

Un message à faire passer, un rendez vous important avec ta société?

Un jour, en faisant du shopping dans Bayonne, une vendeuse m’a reconnu en tant que « Nacmedia ». Ca m’a vraiment touché. On avait échangé il y a quelques temps sur mon compte instagram et j’ai eût la sensation d’avoir créé quelque chose de bien, de sérieux.

A toutes les personnes qui me reconnaissent, n’hésitez pas à échanger avec moi, j’avancerai d’autant mieux dans mon travail!

Backstage-00056

Backstage-00111

Un petit aperçu de son talent avec son dernier projet vidéo personnel.

 

TENDRE ROCHER – BTZ DANCE from NACMEDIA on Vimeo.

2 commentaires sur « Ces filles qui osent, vivre de sa passion, la vidéo avec Nacmedia »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s